Connecté en tant que . Déconnexion

Reprendre le contrôle de l'immigration

Réduire le nombre de contentieux des étrangers à deux procédures (contre 12 aujourd'hui): une normale et une d'urgence

Par Nous France

Pour mettre un terme à la possibilité pour un étranger de « jouer la montre » en demandant successivement des titres différents, chaque demande devra énumérer tous les titres de séjour auxquels il estime avoir droit, et le juge examinera son droit au séjour au jour de son jugement, en une seule fois. En cas de rejet, l’éloignement sera systématique.

Réduire d’un tiers le nombre de nouveaux titres de séjour « travail », de moitié le nombre de visas “étudiants”.

Par Nous France

Notre nombre de chômeurs actuel ne permet pas de délivrer, tous les ans, 40.000 titres et visas « travail ». Nous admettrons la main d’œuvre strictement indispensable pour faire fonctionner notre économie, en plus des « passeports talents ». Nous pourrons continuer à former les cadres dont les pays d’origine ont besoin, sous réserve qu’ils repartent bien à l’issue de leurs études, ou ceux dont la France a besoin, si leurs qualifications ne sont pas déjà disponibles sur le marché du travail.

Mettre fin à l'impuissance publique face à l’immigration illégale. Pour les délinquants durcir les sanctions des le premier acte.

Par Jallal.C

Supprimer le droit du sol et le regroupement familial.

Par Bernard

Plus aucune régularisation pour un étranger entré illégalement en France

Par Nous France

Inscrite dans la loi, « l’admission exceptionnelle au séjour », est devenue une voie d’immigration courante, puisqu’elle bénéficie à plus de 30.000 clandestins chaque année. La régularisation est le moteur de l’immigration clandestine et une aubaine des passeurs et des trafiquants d’êtres humains. J’abrogerai la circulaire de régularisation de novembre 2012 et la loi posera une règle simple : plus aucun étranger entré illégalement en France ne pourra être régularisé.

Reprendre en main la politique de retour des mineurs isolés

Par Nous France

Je veux que l’État reprenne en main l’évaluation de l’âge de ces personnes et l’organisation de leur retour. Leur place n’est pas en France, sauf pour les réfugiés. S’ils sont majeurs, ils seront renvoyés immédiatement. S’ils sont mineurs, ils seront remis à leurs parents ou pris en charge par leur pays d’origine. Nous financerons cet accueil avec l’aide au développement, plutôt que de payer une place à l’aide sociale à l’enfance en France, qui coûte 130€ par jour en moyenne aux Français.

Créer 3.000 places de rétention supplémentaires au cours du quinquennat, au plus près des aéroports pour favoriser les éloignements.

Par Nous France

Juguler l'immigration clandestine et augmenter le nombre de reconduites aux frontières pour les migrants auteurs de faits répréhensibles.

Par Alain

Merci ! Votre proposition nous a bien été envoyée. Nous la soumettrons au vote après modération.
Votre proposition nous a bien été envoyée. Nous la soumettrons au vote après modération.
0/160